musard


musard

musard, arde [ myzar, ard ] adj. et n.
• 1530; « sot » 1086; de 1. muser
Fam. et vieilli Qui passe son temps à muser. flâneur, oisif.

musard, musarde adjectif et nom (de muser) Vieux. Qui perd son temps à des riens.

⇒MUSARD, -ARDE, adj. et subst.
A. —[Toujours postposé, en emploi adj.] Vieilli, fam. (Personne) qui passe son temps à flâner, à s'amuser à des riens. Synon. désoeuvré, flâneur, oisif. Écolier musard; un vrai musard. Je suis fort curieux et passablement musard, et ces deux causes combinées me poussèrent jusqu'au faubourg Saint-Germain, où je devais trouver le parfum (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p.325). Il court les rues à rechercher les belles musardes (FARAL, Vie temps st Louis, 1942, p.108):
♦ Anaïs me regarde en coin pour savoir si je plaisante ou non, et Mademoiselle, haussant les épaules, nous rentre à l'hôtel, traînardes, égrenées, si musardes qu'elle doit toujours en attendre quelqu'une au détour des rues.
COLETTE, Cl. école, 1900, p.236.
♦[P. méton., appliqué à un élément de la personnalité ou du comportement] Esprit musard, nature musarde. Depuis le siège de Paris, la marche du Parisien me semble toute changée. Elle était bien, cette marche, toujours un peu hâtive, mais on la sentait badaudante, musarde et ne menant nulle part. Aujourd'hui, tout le monde marche comme un homme pressé de rentrer chez lui (GONCOURT, Journal, 1870, p. 697). On n'était pas sûr de démêler le garçon sous cet air qu'il avait, tantôt musard, tantôt en éveil (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 200).
P. anal. Vent musard. Gaston Pâris et lui conçurent le projet d'une telle collection, une nuit qu'ils passèrent, au pays de Loire, dans le wagon d'un train musard (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 18). V. gardonneau ex. de Genevoix.
B. HIST., subst. masc. Bateleur, musicien, le plus souvent provençal, qui récitait des vers en s'accompagnant d'un instrument de musique. Au temps jadis les «musards» étaient de certains bateleurs et jongleurs, provençaux d'origine, qui s'en allaient de par le monde en récitant des vers (ROSTAND, Musardises, 1890, p.VIII).
REM. Musardine, subst. fém., pop., vx. Femme qui fréquentait les concerts Musard. On dit une musardine, comme jadis on disait une lorette (ALB. SECOND. ds LARCH. 1858, p.613).
Prononc. et Orth.: [], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1086 Musard anthropon. (Liber censualis ds Guillaume le Conquérant, fol. 152c éd. F. Hildebrand ds Z. rom. Philol. t.8, p.339); 1. ca 1150 subst. masc. musart «niais, sot; dépourvu de sens, fou» (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 3144); 1174-97 adj. fém. musarde (CHRÉTIEN DE TROYES, Perceval, éd. F. Lecoy, 8681); 1176-81 id. (ID., Chevalier au lion, éd. M. Roques, 3920); ca 1223 d'un inanimé (GAUTIER DE COINCI, Miracles, éd. V. F. Koenig, 2 Mir 23, 347: Sa muserie est trop musarde); 2. a) av. 1480 adj. «paresseux» (Recueil Trepperel, I Sotties, VII Farce du pouvre Jouhan, 362, éd. G. Droz, p.137); b) 1530 subst. «celui qui passe son temps à rêver, à muser» (PALSGR., p.215a); 1611 adj. (COTGR.). Dér. de muser; suff. -ard. Fréq. abs. littér.: 15. Bbg. KLEIN Vie paris. 1976, p.97 (s.v. musardine).

musard, arde [myzaʀ, aʀd] adj. et n.
ÉTYM. 1530; « sot », 1086; de muser.
Qui passe son temps à muser. Clampin, flâneur, oisif.Par ext. (→ Fureteur, cit. 6).
1 Cette chambre est meublée à l'antique (…) assez imagée pour plaire à mon esprit resté un peu enfantin et musard.
France, le Crime de S. Bonnard, Pl., t. II, p. 463.
2 Il était indolent et musard, et possédait à un haut degré cette charmante faculté de s'exagérer son bonheur et d'évanouir le souci présent dans le rêve, l'espoir ou l'ivresse.
Gide, Si le grain ne meurt, II, I, p. 303.
DÉR. Musarder, musarderie, musardise.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • musard — musard, arde (mu zar, zar d ) adj. Qui a l habitude de muser. •   Le cadet paraissait presque stupide, musard, têtu, J. J. ROUSS. Conf. VI.    Substantivement. Un musard. Une musarde. C est un vrai musard. Monsieur Musard, pièce de Picard.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Musard — Mu sard, n. [F., fr. muser to loiter, trifle. See {Muse}, v. i.] A dreamer; an absent minded person. [Obs.] Rom. of R. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • musard — Musard, m. acut. est de la forme de panard, criard, pendard, et autres qui sont frequentatifs, et signifie celuy qui à tous propos et toutes parts muse et s arreste à regarder peu de chose, Cessator. Il vient de Muser, voyez Muser. Musarde, f.… …   Thresor de la langue françoyse

  • musard — Musard, [mus]arde. adj. Qui ne fait que muser. Il est vieux …   Dictionnaire de l'Académie française

  • MUSARD — ARDE. adj. Qui perd son temps à s occuper, à s amuser de petites choses. Il est musard. Il est familier.  Il se prend aussi substantivement. C est un musard, un vrai musard …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Musard — Philippe Musard (* 8. November 1792 in Tours; † 30. März 1859 in Paris) war ein französischer Violinist, Dirigent und Komponist. Er wurde in London bekannt, wo seine Tänze auf den Hofbällen gespielt wurden. Ab 1830 wieder in Paris, gab er… …   Deutsch Wikipedia

  • musard — …   Useful english dictionary

  • MUSARD, ARDE — adj. Qui passe son temps à muser. écolier musard. Substantivement, Un musard. Il est familier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Philippe Musard — Portrait publié par Le Monde Musical, 22e année, no 30 …   Wikipédia en Français

  • Philippe Musard — (* 8. November 1792 in Tours; † 30. März 1859 in Paris) war ein französischer Violinist, Dirigent und Komponist. Er wurde in London bekannt, wo seine Tänze auf den Hofbällen gespielt wurden. Ab 1830 wieder in Paris, gab er Kon …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.